Marina Kaye – Sublimée Par Ses Maux (Interview)

Une voix qui transcende les âges,

Un flot d’émotions avouées sans tabou,

Elle ne cesse de mûrir sans se laisser mourir sous la douleur

Vive d’instinct de survie, elle se laisse Vivre en chantant avec douceur.

Marina Kaye révèle son deuxième album EXPLICIT en ce 20 Octobre 2017.

Avec une étonnante douceur, mise à nu, elle expose sans retenue ses plus grandes douleurs.

Ce nouvel album est le reflet d’une jeune fille qui fait preuve d’une véritable force de caractère, et force mentale, au travers de titres comme Armour, et Vivre (feat Soprano). Une force notable bien qu’elle se mette à nu sous des airs frêles, au premier regard.

Dernièrement sortait la vidéo pour son second single, Something, titre cœur de l’album – qui, de surcroît, apparaît juste au milieu de l’album (7e track sur 14).

Pas étonnant que l’artiste avoue que Something est la track majeure de son album.

Elle nous en dit plus au cours de l’interview qui suit.

 

INTERVIEW

SSB : De FEARLESS à EXPLICIT, il y a cette franchise dans ta volonté de t’exprimer. Pas de langue de bois. Entre les deux albums, y a-t-il une nuance cependant ou bien une pure continuité ?

Marina Kaye : Il y a bien une vraie continuité entre les deux. La seule différence est la présence de titres en Français pour la première fois.

SSB : L’insensibilité et la lassitude ; à la première écoute de Something et de tes premières explications pour ce titre, c’est  la première chose à laquelle on pense. Est-ce une lassitude de la tournée à outrance ? Peut-on devenir insensible au succès et ?… Qu’est-ce qui t’a rendu à ce point insensible pour écrire cette chanson où tu supplies de ressentir quelque chose à nouveau (“feel Something”)

Marina Kaye : Alors je ne serai jamais blasée des réactions du public. A vrai dire, Something est plus en rapport à l’intensité de ma vie professionnelle et personnelle.

Pendant ma tournée, je travaillais tout le temps, la tête dans le guidon, et sans trop profiter. J’avais l’impression de passer à côté de quelque chose, à côté d’étapes importantes de ma jeunesse (même de la crise d’adolescence).

Conséquence, après la fin des festivals, c’était le craquage. Et je faisais du mal autour de moi sans m’en rendre compte.

SSB : Comment t’en es-tu relevée ? Qu’est-ce qui t’a conduit sur le chemin de la repentance et à ressentir à nouveau Something ?

Marina Kaye : Depuis ce craquage, un an est passé, je suis revenu à moi-même. Le 1er Janvier en fait, je me suis donné de nouvelles résolutions, et pour revenir à la raison, je me suis recentrer sur mon travail.

SSB : Tu parles d’authenticité mais outre cela, le regret, le pardon, et la gratitude sont aussi de forts sentiments exprimés tout au long de l’album. Quel sentiment t’apporte le plus de bonheur ?

Marine Kaye : Le sentiment le plus fort sera surtout un sentiment d’introspection. On le retrouve dans Save Yourself et c’est aussi un sentiment que l’on peut paradoxalement opposer au titre de l’album EXPLICIT pour le coup.

marina kaye explicit

SSB : Pour la pochette de couverture, il y a ce contraste clair-obscur, toi un peu en lumière devant un fond noir opaque. Sachant que tu t’inspires en grande partie des blessures de ton passé, faut-il comprendre cette pochette comme une Marina Kaye sublimée par ses ténèbres ? Quel sens mets-tu derrière cette couverture ?

Marina Kaye : Le sens pour cette pochette d’album c’est véritablement la mise à nu, sans artifice, sans voile.

Et oui, en effet, on peut dire que la douleur qui m’a forgée (cf Armour).

SSB : Quel est l’un de tes textes qui te marque le plus ? Et par ailleurs, raconte-nous tes phases d’écriture avec Soprano, présent sur ton album.

Marina Kaye : Le texte qui me touche le plus est indéniablement Something. Dès que je le chante je ressens chaque mot que j’ai écrit.

Avec Soprano, pour Mon Everest, l’écriture a été très spontanée. On a eu une connexion plutôt organique. Il a écrit sa partie puis m’a laissé entière carte blanche. J’ai dû l’écrire pendant que j’étais en tournée et tout s’est fait naturellement.

C’est resté tout aussi organique pour le titre Vivre où Soprano refait son apparition.

SSB : Pour finir, déjà très mature à ton âge, sur quoi penses-tu devoir mûrir encore ?

Marina Kaye : Je ne sais pas vraiment, si ce n’est certainement apprendre à être plus posée et à relativiser. Force tranquille sera le mot clé.

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s