Retour aux sources du rock avec The Jaded Hearts Club et leur nouvel album « You’ve Always Been Here »

« Nous sommes revenus à la source scolaire de ce qui a poussé les gens à monter des groupes : une bande de super musiciens qui se retrouvent et jouent pour le plaisir sans pression. On fait ça parce qu’on passe un putain de bon moment »

Jamie Davies

C’est ce que déclare Jamie Davis quand il parle du projet Jaded Heart Club et de sa naissance en 2017 à Los Angeles. Le groupe se monte à son initiative pour jouer à sa fête d’anniversaire. L’ancien gérant de Transcopic Record décide de réunir un casting très particulier d’amis musiciens pour mettre sur pied un set de reprise des Beatles.

En résulte une formation composée de Miles Kane (Last Shadow Puppets) et Nic Cester (Jet) en leader, Graham Coxon (Blur) et Jamie Davis à la guitare, et une section rythmique assurée par Mathew Bellamy (Muse) à la basse et Sean Payne (The Zuttons) à la batterie. En d’autres mots, la crème de la crème du rock britannique.

L’équipe de superstars prend tellement de plaisir à jouer des vieux classiques rock et soul qu’elle décide de continuer sur sa lancée après l’anniversaire de Davis et enchaîne les concerts prestigieux. Le groupe joue au côté de Paul McCartney en 2018 au défilé organisé par Stella McCartney, à Chicago au SXSW, puis au Royal Albert Hall en ouverture de Robert Daltrey et assure la tête d’affiche au 100 Club à Londres pour un concert caritatif.

Au fil du temps le groupe élargit son répertoire de reprise et décide d’amener le projet jusqu’en studio. De retour à Los Angeles, Jamie Davis et Mathew Bellamy trient des centaines de chansons pour établir une setlist à enregistrer. Le mot d’ordre est de réunir un condensé de chanson issue de la Northern Soul, courant musical anglais des années 60, où les groupes de l’époque reprenaient des standards américains blues et soul pour les jouer dans un style contemporain qui amènera plus tard le rock’n’roll.

Retour aux sources le 2 octobre 2020 avec les Jaded Hearts Club qui nous délivrent You’ve Always Been Here, album de 11 titres finement sélectionnés. 

L’album commence avec We’ll Meet Again, une ballade mélancolique au son vintage interprété par Mathew Bellamy. La chanson interprétée piano/voix est une courte introduction aux sonorités langoureuses. Un début trompeur, car la suite annonce une tout autre énergie. 

Le second morceau Reach Out (I’ll Be There) arrive en trombe avec une puissante section de cuivres et la voix de Nic Cester. The Jaded Hearts Club nous offre une version survoltée de la chanson mythique des Four Tops. On connaît les reprises de Diana Ross, Gloria Gaynor ou encore celle en français de Claude François, mais cette nouvelle interprétation vient dépoussiérer le tube des sixties avec une énergie ultra rock. 

Même exercice avec Have Love Will Travel, le classique blues de Richard Berry. The Jaded Hearts Club s’inspire de la version de The Sonics pour envoyer une reprise garage rock sur laquelle Miles Kane se déchaîne sur un riff de guitare incessant et une section rythmique lourde.

Nic Cester nous livre une interprétation dramatique de I Put A Spell On You avec sa voix déchirée. Le chanteur donne tout, à fond dans son personnage de shaman rock’n’roll. Il passe d’une interprétation subtile à des cris rageurs tandis qu’une guitare solo aiguë et saturée répond à chacune de ces phrases. 

Plus loin dans l’album on retrouve un Miles Kane frimeur sur Love’s Gone Bad. Dessynthés pop-rock viennent contraster le son saturé des guitares. Comme dans le reste de l’album, des chœurs énergiques sont assurés par le reste du groupe. 

Mention spéciale pour la reprise de Fever qui vient conclure l’album comme il a commencé sur une note plus douce et subtile. La chanson culte qui compte déjà de nombreuses reprises à son actif est encore une fois revisitée avec succès par The Jaded Heart. Mathew Bellamy murmure de manière sensuelle sur un fond de contrebasse jazzy qui contraste avec le reste de l’album.

Ce qui frappe à l’écoute globale de ces 11 morceaux c’est l’énergie brute qui s’en dégage. On a affaire à des musiciens débridés, une bande de potes qui joue pour s’amuser, et cet état d’esprit est présent dans chaque titre. Tous les arrangements sont conçus pour prendre du plaisir : le son est puissant et saturé, les musiciens se défoulent au fil des riffs de guitares musclés et les innombrables breaks de batterie.

Les fans retrouveront les caractéristiques sonores de chaque musicien, notamment les voix rocailleuses de Miles Kane et Nic Cester, le jeu de guitare endiablé de Graham Coxon et la basse ample et pleine d’attaque de Mathew Bellamy. Alors n’hésitez pas à écouter You’ve Always Been Here dès sa sortie le 2 octobre pour redécouvrir des classiques blues des sixties secoués par la modernité d’un Jaded Hearts Club au son rock décomplexé.

Retour aux sources du rock avec The Jaded Hearts Club et leur nouvel album "You've Always Been Here" 1

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :