KOKOROKO – Le Collectif Afrobeat A Transcendé Tout Jazz à Vienne

KOKOROKO a inauguré la soirée NEW GENERATION de Jazz à Vienne ce jeudi 4 Juillet 2019.  Dirigé par l’imposante et charismatique Sheila Maurice Grey, aka Ms Maurice, à la trompette, le collectif offre une expérience unique qui rappelle la vie en plein cœur de Londres.

La ville de Londres est connue pour marier sa culture britannique aux langues africaines et caribéennes.  Ecouter Ms Maurice s’exprimer avec un accent britanno-nigérian rappelle cette acculturation, reste de la colonisation anglaise sur les terres jamaïcaines, nigérianes,… etc.

Fun facts : “Kokoroko” désigne un plat (un snack) en nigérian, aussi délicieux que leur musique. Il veut aussi dire « Sois fort ! », en yoruba, ce qui colle parfaitement à l’image de femme forte qu’affichent ces trois musiciennes au devant de la scène.

Au delà de la langue, le mélange s’opère dans la musique du groupe, qui allie un jazz traditionnel des années 1970, avec les sonorités et des rythmes d’Afrique. Tandis que la trompettiste se laisse danser de jeux de jambes en jeux de jambes, le public s’essaye aux pas de coupé-décalé, n’dombolo, voire même rumba congolaise… la magie de l’afrobeat opère et transcende l’auditoire.

Leur musique est très bien écrite et structurée ; KOKOROKO s’appuie sur soul jazz cuivré. La trompette, le saxophone et le trombone donnent le thème, et sonnent toute la mélodie du morceau.

Si la section cuivre se permet quelques interventions (pour le moins remarquables) en solo, les trois lead s’effacent rapidement pour laisser place à la section rythmique, composée d’un batteur au groove efficace et puissant, d’un percussionniste au soutien, d’un guitariste aux grilles harmoniques riches et colorées, d’un bassiste solide et d’un claviériste.

Ce dernier donne peint tout un décor “soul” à l’orchestration, avec une esthétique et une approche moderne du jazz.

Il est rare de voir briller tant de musiciennes d’un si grand talent sur la même scène. Programmer un tel groupe rejoint la direction artistique du festival qui met un point d’honneur à remettre en valeur d’une part les cultures africaines et caribéennes, indispensables à l’Histoire du Jazz, ainsi que les femmes dans le jazz, et la musique en général.

 

Crédits Photographies : Eric Meurice

One Comment Add yours

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s