Moi Je – Un Voyage A Deux Vitesses

Hypnotiques, suggestifs, imaginatifs, 

Coquins, enfantins, plaisantins,

4 jeunes garçons s’engagent comme un seul homme 

A destination d’un Voyage exploratif.

Voyage est leur dernier projet en date, sorti sous le label Crosswalk Records,

Véritable parcours initiatique, les membres du groupe (Loïc, Simon, Antoine, Babil) en ressortent plus mûris, d’après une de leur interview.

Découvert précédemment comme la sensation funky, frenchy et sexy de la NuDisco,

Très colorés, tant visuellement que musicalement,

On connaît les Moi Je pour une production riche en saveurs, alternant entre un goût pour les tempos soutenus ou plus détendus.

La première partie de l’EP reste fidèle à ce que l’on connaît des Moi Je, avec l’explosive créativité de Loic, DJ.

Les phrasés chantés par Babil y apportent d’ailleurs davantage de corps et de couleurs,

Avec un timbre de voix blues et funky, tel le chanteur de Vulfpeck (1612), et au flow inspiré de rappeurs tels qu’Anderson Paak.

Les samples de voix féminines, enfin, conservent le sexy des Moi Je.

La guitare d’Antoine rythme l’ensemble du Voyage et suggère subtilement une continuelle légèreté.

Au fur et à mesure que progresse le Voyage, on comprend de plus en plus pourquoi c’est l’EP de la maturité :

Les tempos sur des tracks comme Sèche sont marqués avec brio, et chaque sample de percussion se superpose de manière surprenante quoique naturelle.

De plus en plus d’espace est donné dans la composition de ce Voyage,

Avec un jeu ingénieux sur les silences, ce qui donne encore plus de groove que Simon n’en dispense déjà avec ses lignes de basse.

La destination finale du Voyage, Vogue, semble indiquer une nouvelle orientation qu’a osé prendre le quatuor :

Les sonorités du groupe Hiatus Kaiyote (Atari) pourraient peut-être avoir influé sur leur parcours,

Avec des transistions aux phrasés surréalistes, et aux tempos transcendants qui suggèrent presque quelque chose de temporel (un voyage spatio-temporel ?).

A partir de Chute et Vogue, le Voyage s’apprécie à vitesse plus ralentie, et donne le temps d’explorer un nouveau monde dessiné à huits mains.

 

En résumé, cet EP est l’accomplissement de plusieurs challenges :

Rester fidèle à la couleur musicale de Moi Je,

Epicer leur créativité en y intégrant de nouveaux modèles de composition.

Les suivant depuis leurs débuts, concluons cette chronique avec un de leurs premiers titres, pour attester de leur évolution.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :