Opéra de Lyon – Au Service de L’Excellence Artistique

Samedi 16 mars, Serge Dorny, directeur de l’Opéra de Lyon, présentait la saison culturelle 2019-2020, au sein du Grand Studio du Ballet.

Animé d’une passion brûlante pour l’art, et d’un engagement certain pour la ville de Lyon, le directeur révèle une programmation à la hauteur de ses ambitions.

Au cours de cette nouvelle saison, la vision est en effet « d’insuffler une excellence artistique et une ouverture sur la ville » avec une « participation au rayonnement international« .

Pour Dorny, l’Opéra de Lyon, premier opéra de région labellisé opéra national (en 1996), soutenu des services publics, se positionne comme un « opéra d’art et un opéra citoyen », comme il l’évoque lors de la conférence de presse.

Ainsi, le programme promet de la modernité, en conservant un bon équilibre entre le passé, le présent et l’avenir : reprendre de grands titres, représenter des oeuvres plus rares, et promouvoir la création et l’opéra d’aujourd’hui.

Parmi ces grands titres figurent trois monuments incontournables :la Tosca, Rigoletto et Les Noces de Figaro qui concluront la saison lyrique.

La Tosca de Puccini, thriller musical, mis en scène par Christophe Honoré, fera apparaître la cantatrice de renom Angel Blue. Il s’agit d’une première à Lyon, en partenariat avec le Festival International d’Art Lyrique d’Aix-en-Provence.

Un mois en particulier a retenu notre attention : Novembre, mois des reprises.

Une pièce de Maurice Ravel, que l’on affectionne pour son talent à combiner codes classiques et langage jazz, fait son apparition : L’Enfant et Les Sortilèges, composé en 1925, au départ pour sa fille.

Cette reprise par Grégoire Pont et James Bonas avec les solistes du Studio et les Choeurs de l’Opéra de Lyon ravira les amoureux des images numériques et de la musique.

Pour les concerts, on retrouvera à nouveau la programmation de l‘Opera Underground, proposée par Olivier Conan, qui a su innové pendant la dernière édition du Festival Peristyle, en s’ouvrant à de nouvelles sonorités jazz, de l’ethio-jazz, aux musiques d’Amérique Latine.

 

Enfin, les Pockemon Crew, fort de 20 ans de carrière déjà et de dix ans de résidence à l’opéra, proposeront un tout nouveau spectacle, intitulé Millésime.

Une pièce profondément humaniste, comme le crew en a le secret, pour 20 interprètes, dont 15 hip-hoppers et 5 danseurs du Ballet.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :