Nuits de Fourvière 2017 – Nuit Soul : Valerie June (Live Report)

Sourires, cheveux au vent, cheveux en fêtes

Pieds nus et danses au rythme de ces airs qui persistent et restent en tête, 

Sur la scène elle arrive, elle vit, elle brille.

En première partie de soirée, Valerie June est la parfaite transition entre la Nuit Blues et la Nuit Soul des Nuits de Fourvière.

Valerie est une artiste qui vient de loin. Autodidacte, elle a appris le chant sur les bancs d’église du Tennessee, avant d’apprendre à jouer de la guitare, puis du banjo et du ukulele.

Après avoir multiplié les shows dans les bars locaux de Memphis et les clubs, l’opportunité de porter sa musique, enracinée dans l’histoire de l’Américaine du Sud, de l’autre côté de l’Atlantique, s’est présentée, au Royaume-Uni.

Elle a en effet joué sur le plateau de Later with Jools Holland, et tourné aux côtés de Jake Bugg, pour son premier album en 2013.

Ce samedi 22 Juillet 2017, elle était en France, pour la promotion de son deuxième album, The Order Of Time

valerie june.jpg

 

Habitée par l’âme du Tennessee, Valerie June vit sa musique et respire les vents de la Bluegrass, et du Country Blues des années 1920-1930, croisés aux courants Soul des années 1960-1970.

Elle surprend aussi avec des variantes aux rythmiques africaines u cours de chansons purement rock’n’roll.

Le calme elle installe, la paix du coeur elle inspire.

L’arrivée sur scène des musiciens se révèle une introduction aérienne avec des sonorités à faire planner. Valerie apparaît soudain, pieds nus, légère et heureuse.

La chanteuse et son groupe sont très unis et solidaires et cela se ressent dans leur jeu ensemble. Solides sont les constructions instrumentales, qui savent mettre e valeur la voix atypique de la chanteuse. Ce que fait Valerie à la voix est très précis. Elle maîtrise l’art d’amener de la suggestivité et d’installer une atmosphère aux airs oniriques. Elle rayonne :

“My job is to shine and let the people shine too” s’exclame-t-elle à son public entre deux chansons.

Le jeu du batteur est très rock’n’roll. Force tranquille, il fait penser à certains moments à Matt Helders, le batteur des Arctic Monkeys. Sa fougue combinée à l’énergie du guitariste transpire le Southern Rock. Le groupe rappellerait presque le son typique des Black Keys.

L’identité musicale de June est influencée de tant d’éléments qu’elle même ne sait pas quel genre de musique elle joue, ce qui n’enlève rien à la sincérité de son jeu :

“I don’t know what kind of Music that I sing, but I sing it with my heart” déclare Valérie June sur la scène du Grand Théâtre de Fourvière avant de conclure le show avec son single aux airs des années 1960, Got Soul, tiré de son dernier album.

valerie june got soul

Valerie June fut cette brise de fraîcheur de début de soirée Soul.

Touchant de voir le batteur et le bassiste jeter un dernier regard admiratif du Grand Théâtre de Fourvière, avant de quitter la scène…  avant de revoir Valerie revenir pour un dernier selfie devant le public de 4000 personnes.

Crédits Photographie : EYM

Advertisements

One Reply to “Nuits de Fourvière 2017 – Nuit Soul : Valerie June (Live Report)”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s