CHILLA – Le Parcours D’Une Véritable Artiste Et Son Accomplissement Inespéré (Interview)

Du métro Lyonnais au métro Parisien, elle s’en est allée sans retour.

Elle errait le vague à l’âme ; le Trouble hantait son écriture, 

A en perdre le Sommeil, à en perdre ses rêves, sinon à rêver avec ironie d’être un homme… 

L’Espérance son maître mot, ses yeux vers les astres, son esprit à la dérive.

Ses rencontres, sa fortune ; son travail acharné, son succès mérité.

Chilla témoigne aujourd’hui du favorable retour de Karma.

Ce 10 Novembre 2017 sort le premier projet officiel de la jeune chanteuse et rappeuse Chilla, sous Capitol Music France, KARMA. L’EP est déjà disponible en pré-commande.

Cette musicienne s’est révélée au grand public depuis plus d’un an au travers de freestyles divers, ne révélant que progressivement son univers, sa Galaxie Chill, son art, et surtout ses différentes facettes.

Du visage d’ange de jeune chanteuse à la voix légère, elle peut rapidement froncer les sourcils et enchaîner des punchlines retentissantes de vérités, le tout enrobé d’une écriture tant recherchée que spontanée.

Le talent est fertile, et fleurit force de travail.

Elle maîtrise l’ironie dans ses paroles et dans les personnages qu’elle tourne en dérision (cf Sale Chienne, Si J’Etais Un Homme) et continue à se donner des exigences dans son écriture.

Quand ce n’est pas dans les textes où les personnages qu’elle incarne, c’est dans les influences musicales qu’elle diversifie, en mêlant rap, chanson, Soul/R&B et parfois même zouk.

Elle représente tout ce que l’on défend à Sounds So Beautiful : soit l’émergence et l’accomplissement d’un ou d’une véritable artiste authentique. C’est le genre de chanteuse musicienne, que l’on croise en underground, dont l’originalité vaut le détour et qui mérite d’aller plus loin.

Depuis ses début, avant même son ascension à Paris, on la suit et la voit évoluer dans le bon sens, s’épanouir, apprendre, et surprendre, interview après interview.

Constat du parcours d’une déterminée.

INTERVIEW

SSB : Depuis ton premier jour dans le rap jusqu’aujourd’hui, quand tu regardes ton parcours, de quoi es-tu le plus fière ?

Chilla : C’est une très bonne question pour commencer !  Je dirai que je suis très fière de présenter enfin mon 1er projet.

Fière d’accomplir ce projet sérieusement, après une période où je commençais à perdre espoir dans le monde de la musique.

Maintenant c’est du sérieux, tout se fait dans de bonnes conditions, la première étape est accomplie.

SSB : Depuis ta première partie avec Kery James jusqu’à accompagner Féfé et MC Solaar en live, comment as-tu évolué sur scène ? Perfectionniste dans le genre, que cherches-tu à améliorer après chaque performance ?

Chilla : C’est vrai, je ne suis jamais totalement satisfaite de mes concerts, parce que je me dis qu’on peut toujours mieux faire.

Ce qui a évolué depuis mes premiers concerts, je gère mieux le track, et mon échange avec le public, ce qui est très important pour moi.

Pour l’instant les performances se font avec un DJ set, mais j’aspire aussi à avoir un show avec des musiciens.

SSB : Aussi du genre bosseuse et déterminée, qui dans ton entourage t’inspire à continuer à te dépasser ?

Chilla : Je dirai toutes les personnes avec qui je travaille dans mon quotidien. Mais je peux citer par exemple Tefa et Fianso. Tefa est un vrai bosseur et fait tellement de choses à la fois…

Je me laisse encadrée pour le moment, et c’est normal, mais j’aspire à apprendre toutes les ficelles du métier et à arriver au niveau d’un Tefa.

SSB : On te présente comme une nouvelle voix pour les femmes dans le hip hop, que ce soit au travers de tes chansons, avec Indigo, Si J’Etais Un Homme et Sale Chienne ou même de tes conférences (Gaité Lyrique). Quel est ton ressenti par rapport à tout cela ?

Chilla : C’est un peu compliqué… Je le vis bien et suis contente qu’on reconnaisse mon écriture, mais ça impose une responsabilité ; ça révèle à quel point je peux être écoutée.

SSB : Tes valeurs féministes ont longtemps été mises en avant or tes facettes, sont multiples, et ce depuis toujours. Ton propos ne s’arrête pas qu’à la place des femmes dans le hip hop. Alors, quelle autre facette peut-on découvrir de Chilla et sa personne au travers de ses textes ?

Chilla : Mon aspect introspectif et personnel.

En fait dans mon écriture, je suis souvent dans le constat ; je fais le bilan au travers de mon écriture. 

Ceci dit, je reste assez pudique dans mes écrits, je garde encore une certaine pudeur.

SSB :  Ton premier EP avec Capitol sort officiellement ce 10 Novembre, enfin, Karma. Va-t-on retrouver une vibe du type Jorja Smith ou IAMDDB dans ton EP ?

Chilla : Il y a plein d’influences dans mon EP Karma. On peut retrouver des styles boom bap et des styles rap plus actuels… Après, pour le reste je préfère laisser juger.

Jorja Smith et IMADDB sont vraiment les artistes qui m’inspirent le plus, mais pour l’instant je travaille encore pour arriver à ce type de groove.

SSB : Des titres parmi tes premiers apparaissent, comme Trouble. Parle nous de l’écriture de ce morceau. Et pour Millionnaire avec Fianso.

Chilla : Trouble est l’un de mes plus vieux morceaux.

Il fait partie de mes premiers titres écrites quand j’ai rencontré Tefa, à un moment où tout était flous sur ma carrière artistique.

Pour Millionnaire avec Fianso le morceau est né en Mars 2016, écrit dans la cuisine avec une collègue, on s’en souvient encore. Pour le coup c’était un autre constat. Le constat des nouveaux riches, qui projettent une fausse valeur de l’argent…

SSB : Que penses-tu de son initiative pour la culture Rap et l’industrie musicale avec son émission Rentre Dans Le Cercle ?

Chilla : Super initiative du bro Fianso. C’est une émission qui rassemble.Ce n’est pas comme Rap Contender, qui est plus violent, et surtout c’est vraiment l’esprit Cypher.

Il y a une bonne visibilité pour les artistes qui émergent et même pour les grands qu’on n’a pas entendu depuis un moment comme Sinik.

SSB : Une question encore jamais posée mais qui m’intrigue depuis le début : le champ lexical astro, voire même mystique revient souvent chez toi (galaxie, planète, karma, hanter, ensorceler – cf Mélodrame). Ça ressort même visuellement sur la pochette de couverture. D’où te vient cette contemplation pour l’univers ? Quelle est l’idée derrière la pochette de couverture ?

chilla karma

Chilla : C’est OJOZ qui a fait la pochette. J’aime beaucoup son travail. Il a notamment travaillé sur Cyborg de Nekfeu.

Le thème du Karma pour moi est représentatif de la roue qui tourne. Et aujourd’hui c’est le cas, avec cet EP intitulé Karma, qui est le fruit d’un premier espoir et d’un accomplissement inespéré.

Après pour le champ lexical, j’aime bien ce délire spirituel et contemplatif.

SSB : Enfin quels sont les projets pour 2018 ? Et surtout, quand reviendras-tu à Lyon pour jouer ?

Chilla : Pour l’instant je suis focus sur la promo et sur ce qui va se passer en Novembre et les dates en Décembre.

Pour 2018 on bosse sur la tournée pour Karma et oui on est en préparation pour un passage à Lyon, on espère.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s