Chilla – Freestyles, Ecriture Et Détermination (Interview)

 

“Écrire c’est… Pff… Magique…

Quand j’ai commencé à écrire, j’ai découvert que je faisais plus que de raconter une histoire

Tu vois, écrire, c’est une arme.

Une arme plus puissante que n’importe quel coup de poing…” – Hurricane Carter // ‘La main sur le mic’ Nekfeu

Au calme, elle clame une prose qui impose le respect,

Superpose avec aisance et sourire ses rimes les plus riches,

Et répète les figures de styles et autres jeux de mots

Lors de frénétiques freestyles :

En place, Chilla demeure en force.

Récemment l’artiste a fait fort avec son dernier freestyle, Petit Dealer, featuring Lino, l’un des piliers du lyricisme dans le rap Français.

Un freestyle qui a déjà atteint les 100 000 vues.

Qui plus est, ce mercredi 30 Novembre 2016, la Force continue d’accompagner Chilla, qui se produira en première partie de Kery James au Zenith de Paris !

Une lyriciste déterminée qui s’élève au milieu des plus grands.

Parlant lyricisme, nous avons eu l’opportunité d’échanger avec la rappeuse pour en découvrir plus sur son parcours et surtout son inspiration pour ses textes,

Car sa voix et ses textes font partie des choses qui marquent le plus et font la différence.

INTERVIEW

1) Un feat avec Lino, un artiste fort de 20 années de carrière, rencontres avec des grands sur les plateaux de Skyrock entre autres (Youssoupha, Tefa, Lino). Qu’as-tu appris, musicalement, professionnellement et personnellement en t’entourant de si bons exemples ?

Depuis qu’on  travaille ensemble avec Tefa j’ai mûri dans tous les aspects.

Musicalement il m’a apporté tout ce qui me manquait : les idées et les moyens de me trouver une identité musicale, en me faisant collaborer avec différents beatmakers, artistes, en m’apportant des idées, tout en étant à l’écoute des miennes.

Tout se construit dans l’échange, grâce à lui j’apprends mon métier, à me découvrir dans ce milieu et il est très à l’écoute : on est exigeant respectivement, on travaille en équipe et je pense que je suis entourée des meilleurs.

On est déterminé sur le projet : les artistes que jai la chance cotoyer sont des icônes et le fait qu’ils m’encouragent et valident mon travail c’est forcément gratifiant et ça me pousse encore plus à avoir confiance en moi.

Je suis déterminée, on fait un travail de titans et j’en apprends tous les jours. Je ne prends rien pour acquis et je me dépasse tout en ayant conscience de la chance que j’ai d’être autant soutenue. Et du coup c’est comme un rêve qui se réalise de bosser dans ces conditions.

2) De Lyon à Paris comment as-tu évolué en tant qu’artiste et comment as-tu pris en maturité personnellement ?

Je pense avoir bien résumé au dessus mais j’ai vraiment avancé

Je suis passé du point ‘je fais du hip hop pour kiffer en espérant reussir un jour’ à  ‘j’habite à Lyon je bosse à  Paris avec une équipe de folie pour développer mon projet aux côtés d’artistes que j’admire’.

En gros je vis de ma musique.. donc de 0 à 100… tout à changé  (sauf moi lol)

3) Quel est ton moteur? Qu’est-ce que qui te donne la force d’avancer ?

Je dirai que c’est  pour en arriver là que j’ai eu besoin de force ; je me suis battue avec la rage de réussir et des ambitions.

Mes proches sont la source de ma détermination et je n’avais pas d’alternative, la musique c’est ma passion mon seul moteur.

Si je n’en fais pas, la machine ne fonctionne plus (lol), donc forcément pour vivre et pour en vivre j’ai du prendre mon courage à deux mains et faire face à des étapes.

Plus j’ai échoué plus je me suis relevé avec d’autant plus de rage et ma force c’est de ne pas avoir abandonné.

Mes moteurs sont les personnes qui me soutiennent et ça n’a pas de prix je ne peux qu’avancer dans de bonnes conditions.

4) Rapper, freestyler c’est une vraie sensation, c’est une énergie, un défouloir, un terrain d’expression. Qu’est-ce que tu aimes le plus exprimer lors de tes freestyles ?

Je dirais que je n’ai pas de thématiques pré-dominantes dans mes freestyles.

Pour Indigo et Petit  Dealer on a surtout réfléchi à des concepts pour amener les gens dans mon univers sans trop en dévoiler :

J’ai repris Indigo de Willow Smith par exemple, un titre que j’ai poncé pendant des mois et quand je l’ai fais écouté à  Tefa on s’est direct dit qu’on pouvait en faire un remix et partir sur ce concept pour les freestyles…

Rebelotte avec Timmy Turner de Desiigner et les autres freestyles ne seront peut être pas dans la même veine mais on fait les choses instinctivement et on réserve l’authenticité de mes morceaux pour enfin vraiment me dévoiler dans l’EP à venir.

Niveau textuel c’est instinctif également j’écris quand je suis inspirée, parfois j’écris seule parfois on est plusieurs à échanger parfois on vise une thématique ou pas.

5) Tu écris tout le temps certainement jusqu’à en faire des nuits blanches. Espérance est l’un de tes plus beaux poèmes. Peux-tu citer un de tes écrits (ne serait-ce qu’une ligne) qui t’as le plus touché/plu? Et Pourquoi ?

« Qu’importe vos dire l’ignorance sera mon arme, mon parcours je l’ai construit personne n’obtiendra mon âme »

Ca résume bien mon état d’esprit du moment : parlez toujours je sais d’où je viens et je sais où je ne veux pas aller.

6) Jardin d’Alice, Amanda…Hymne à Marie. Tes plus beaux poèmes et efforts créatifs semblent résonner à l’écho de prénoms féminins, telle des muses. Comment l’expliques-tu?

Aha ! Tout part du jour où j’ai voulu parler d’une certaine plante médicinale pas prescrite par le médecin et que je voulais passer à trav’ auprès de ma famille aha.Ce qui a pas mal marché jusqu’à une certaine limite.

Finalement j’ai découvert un genre de passion pour la personnification lol.

Donc pour parler de la jeunesse qui part en vrille j’ai imaginer l’évolution d’une gonz qui résumerait les vices : jardin d’Alice… on en revient à ce que j’évoquais au-dessus.

J’ai écrit un morceau qui s’appelle Blanche… Forcément féminin car mon but était à la base de créer un doute, une ambivalence  dans l’Hymne à Marie.

J’aime l’idée d’accorder un thème, une idée à une femme..

Inconsciemment c’est sûrement plus facile pour moi de me projeter dans la description d’Une Femme que d’un homme..

7) As-tu songé à écrire un poème en t’inspirant de ton propre nom, Chilla?

Je n’y avais pas pensé mais dans beaucoup de texte je parle de moi, mon état d’esprit, ma vision des choses un peu de ma vie…

C’est déjà beaucoup pour moi, j’essaye de m’ouvrir de plus en plus dans mes textes mais je reste pudique tant humainement que textuellement .

Donc, je travaille déjà là-dessus mais parler de moi à la troisième personne ça m’enjaille moyen aha mais qui sait.

8) Tu revendiques ta galaxie chill et propose quelque chose d’original au travers de clips expérimentaux comme Indigo. Dans quel délire veux-tu amener ton public au travers de tes vidéos ?

Ce qui est top avec Tef c’est qu’il déborde d’idée de génie donc je ne sais jamais quand il va m’appeler pour me présenter une idée de fou lol

Mais je veux proposer des images en cohérence avec mes textes afin de permettre au public de se projeter.

Sur la durée j’imagine un clip une performance, je tiens vraiment à transmettre des images fortes belles et artistiques.. on a pleinsd’idées et j’espère personnellement me lever un jour avec une idée de fou aha.

9) Raconte-nous cette magnifique expérience de l’Olympia en invitée des LEJ. Prends-tu de plus en plus confiance sur la scène ? Comment as-tu développé ton jeu de scène en 2 ans?

Mes dernières scènes remontent à quelques mois on s’est vraiment focus sur l’EP et le stud.

Les LEJ m’ont invitée un jour au stud d’ailleurs et voilà j’ai fais une apparition sur leur reprise de Seine st Denis style en fin de set et c’était ouf.. Trois Olympias blindés et même si je restais 1min sur scène c’est des flashs inoubliables.

Après sur scène hyper à l’aise avec les filles, avec un jeu instinctif mais c’était très rapide !

Je pourrai te répondre  vraiment quand j’aurai repris la scène avec mon set travaillé vraiment dans le fond et la forme.

10) De nouvelles dates sont-elles à venir? Comment t’y prépares-tu ?

Là le 30 novembre première partie de Kery James au Zenith donc grosse pression je vais m’y préparer deux jour auparavant.

Ensuite début 2017 je devrais sûrement attaquer mes premières dates elles seront partagés sur les réseaux dès que j’en saurai plus 🙂 .

Advertisements

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Top 30 – The Freshest Emerging Artists In 2016 – Sounds So Beautiful
  2. Celebration Of Women Who Sound So Beautiful (Playlist) – Sounds So Beautiful

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: