Kïerra impose son style « Solide » dans son premier EP

Kïerra impose son style « Solide » dans son premier EP

J’le vois que t’es ailleurs,
Parle-moi jusqu’à pas d’heure,
J’m’en tape de tes erreurs,
Give me more, give me more

« Give Me More » par Kïerra

« Solide », voilà comment pourrait être décrite la proposition que nous fait la jeune artiste lyonnaise Kïerra avec son tout premier EP sorti le 19 novembre dernier.

L’opus mélange les ambiances et les styles musicaux, passant de la pop urbaine au hip-hop, sans oublier des notes R&B et même funky soul. Mélodies lentes et d’autres, plus rythmées, s’enchaînent afin de créer un univers original, tantôt mélancolique, tantôt empli de détermination.

Vibes, harmonies et toplines sont pensées sur chacun des 7 titres en ce sens. « Ma voix contrôle ta peur », chante-t-elle dans « Give Me More ». Or, avec son esthétique, difficile de savoir si ce sont les mélodies qui contrôlent la voix de Kïerra ou bien l’inverse, tant ces deux éléments semblent s’emmêler et se fondre l’un dans l’autre au fil des chansons.

À l’oreille, plusieurs phrases deviennent gimmicks et insufflent toute la force au propos. « Interlude » donne le ton avec son « Besoin de quoi / Besoin de rien / Besoin de, besoin de, besoin de rien / J’ai besoin de toi / Plus besoin de rien / Besoin de, besoin de, besoin de rien / Besoin de quoi / Besoin de rien / Besoin de, besoin de, besoin de rien / J’ai besoin de toi / Plus besoin de rien / Besoin de, besoin de, besoin de rien ». Une top line, comme pour surligner au stabilo ce qui doit être retenu du texte. Et derrière, la mélodie marque chaque pause pour mettre en valeur chaque segment.

Du pouvoir de la topline

Car le but d’une topline n’est pas seulement d’ajouter du rythme : elle peut aussi être là pour insister, entre les lignes, sur un thème en particulier.

Et dans le cas de Kïerra, le temps se répète dans « Rouille » et « Solide », comme dans une boucle dont elle voudrait s’échapper pour agir comme elle le souhaite avant qu’il ne soit trop tard : « Plus l’temps de penser, plus l’temps de parler, plus l’temps de faire les choses / Laisse-nous faire une pause / J’m’arrête main’tnant / Plus l’temps de penser, plus l’temps de parler, plus l’temps de faire les choses / Laisse-nous faire une pause / J’m’arrête maint’nant / J’m’arrête maint’nant » ou encore « Et le temps passe », répété tel une obsession dans « Solide ».

De nouveaux projets pour 2022

Nous l’avons dit : Kïerra joue avec les mots et leurs résonances, mais aussi avec son interprétation. Ainsi, dans « Interlude », sa voix se veut douce quand le son est plus calfeutré.

Elle devient ensuite plus forte dès que le tempo change et que résonne « Il s’rait p’tétre temps que j’m’y mette ».

Kïerra Mélanie Domergue

Une certaine forme de tendresse peut s’entendre dans « 10 pm » et « Give Me More », dans lesquels elle semble partager avec nous ses réflexions et son monologue intérieur, nous plaçant ainsi spectateurs de situations qu’elle nous décrit. En revanche, son interprétation se rapproche davantage du langage parlé lorsqu’elle pose ses propres conditions (comme dans « Dérange » ou « Rouille »).

Avant ce premier EP, Kïerra a sorti quelques singles, clippés et disponibles sur sa chaîne YouTube. C’est lorsqu’elle signe son premier contrat de distribution avec « Pas les mêmes projets » en 2021 que « Solide » voit le jour. L’artiste a déjà annoncé d’autres projets à venir en cette nouvelle année, et dès ce mois de janvier !

Mélanie Domergue

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.