Tessæ raconte son combat contre le harcèlement scolaire

Tessæ raconte son combat contre le harcèlement scolaire

« Ce livre, c’est la suite logique de mon projet. Dans mes chansons et mes interviews, je parlais déjà de mon histoire, et je recevais pas mal de témoignages de personnes qui me parlaient de la leur. D’autres me remerciaient aussi de parler de ces sujets-là pour éveiller les consciences. J’avais envie d’aller plus loin pour aider les gens et leur montrer qu’ils ne sont pas seuls », explique Tessæ à propos de son livre, « Frôler les murs », à paraître le 17 novembre 2021 aux éditions JC Lattes.

Lever le tabou de la santé mentale des jeunes

« Au cours de cette année de troisième, je sens bien que quelque chose a dérapé sans que je puisse maintenant l’arrêter. Je suis devenue la victime consentante de mon groupe de copines et je ne sais plus comment revenir en arrière. »

Voilà un extrait du livre de Tessæ. Mettre des mots sur les maux, c’est d’abord cathartique, et puis, c’est surtout pour aider les autres à prendre la parole à leur tour. Une prise de parole importante à quelques jours de la journée nationale de lutte contre le harcèlement à l’école, prévue le 18 novembre 2021.

Dans ce nouvel épisode de Memory Lane, Tessæ raconte son rapport à l’école et ce sentiment qui ne l’a jamais quittée, celui de ne pas y avoir sa place. Il lui a fallu du temps pour comprendre que les « taquineries » de ses camarades n’en étaient pas. Entre harcèlement en classe et cyberharcèlement, elle comprend alors que ce qu’elle ressent est légitime et porte même un nom : phobie scolaire.

Qu’on ait connu soi-même le harcèlement scolaire ou qu’on soit parent d’élève, ce livre décortique le mécanisme de ce fléau.

Tessae

« Frôler les murs » n’est pas seulement un témoignage important. C’est aussi un message d’espoir : on peut s’en sortir en parlant, et ce que pensent ou racontent les autres à notre sujet ne définissent pas notre personne. D’ailleurs, Tessæ n’en a pas fini d’aider les autres, puisqu’un podcast sera également lancé le 17 novembre.

« Tomber les murs » est une série de 6 épisodes qui porteront sur la santé mentale des jeunes. Tessæ y abordera des thématiques qui concernent des milliers de jeunes : harcèlement scolaire, phobie scolaire, dépression, troubles de l’alimentation, anxiété généralité et réseaux sociaux. Elle sera accompagnée par plusieurs invités et par le Dr Laelia Benoit, pédo-psychiatre et chercheuse à l’université de Yale, qui a d’ailleurs rédigé la postface de « Frôler les murs ».

« Quelqu’un d’autre », une chanson pour accompagner le projet

« Quelqu’un d’autre », c’est la touche poétique du projet. Cette chanson, qui sortira le 15 novembre prochain, traite de la dysmorphophobie, engendrée par ces remarques répétées qui poussent à vouloir devenir quelqu’un d’autre.

Une réalité difficile à vivre pour les adolescents, à un âge où l’on ne sait pas encore qui l’on est. La chanson sera présentée à l’occasion d’une COLORS SESSION.

Âgée de 20 ans, Tessæ se fait ainsi porte-parole des jeunes générations, celles qui ne veulent plus se taire. La chanteuse de pop urbaine a commencé le chant à 6 ans, aux côtés de sa famille. Elle trouve un refuge dans les covers qu’elle poste sur YouTube à l’âge de 14 ans.

Sa vie prend un nouveau tournant lorsqu’elle participe au concours Arc-en-ciel-Challenge lancé par Booba : réaliser la meilleure cover du titre. Tessæ est la grande gagnante, et en 2019, elle est même invitée à partager la scène aux côtés du Duc lors du festival We Love Green.

Depuis, Tessæ a sorti plusieurs EPs ainsi qu’un album, où ces thématiques chères à son cœur ont toujours été abordées au fil de ses textes. Aujourd’hui, « Frôler les murs » entend éveiller les consciences et ouvrir le débat.

Mélanie Domergue

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »