Le Retour des Nuits Soul aux Nuits de Fourvière, “YES INDEED” – Mavis Staples, Don Bryant, JP Bimeni

Après 2 ans d’absence, les Nuits Soul font leur grand retour parmi les Nuits de Fourvière. Débutée en 2016 avec le regretté Charles Bradley, la série des Nuits Soul de Fourvière continue de mettre en lumière les jeunes espoirs de la nouvelle génération, sans oublier de rendre hommage aux pionniers du genre.

Après la pétillante Valerie June, l’authentique Michael Kiwanuka, et l’incroyable Lee Fields en 2017, c’est au tour du jeune londonien, originaire du Burundi, J.P. Bimeni, de briller et d’enflammer le public, ce samedi 6 Juillet 2019. Animé d’une joie de vivre inébranlable, il rayonne sur la scène.

C’est sous les yeux ébahis de Bimeni, caché dans les coulisses après sa performance,  qu’arrive la légendaire Mavis Staples, véritable pillier pour la musique et pour la culture afro-américaines, depuis les années 1970 jusqu’aujourd’hui.

A l’aube de ses 80 ans (fêtés ce 10 Juillet), la chanteuse de Chicago fait preuve d’une vitalité éclatante. La membre du Rock’n’Roll Hall of Fame a encore tout d’une rockeuse. Pour une soirée Soul, animée par cette artiste honorée au Blues Hall of Fame, le choix artistique reste fidèle à l’ADN des Nuits de Fourvières, au goût très prononcé pour le genre rock (cf Arctic Monkeys l’année dernière).

Ce soir là, c’est une femme authentique, au coeur sincère que l’on a découvert sur scène, pour sa première fois à Lyon. L’écouter parler dans son accent “country-country”, donnait l’impression d’entendre une ancienne partager ses expériences et ses joies, dans un discours ponctué de “Alright”, et de “Yes Indeed”, tout en intimité.

1969,  année commune pour Mavis Staples et Don Bryant ; tous deux révèlent leur premier album en cette année. D’où leur surnom : “les jumeaux de la soul”. Et, c’est à Fourvière que ces deux monuments, qui ont traversé les âges, sont réunis pour célébrer la musique qui continue de les faire vivre et vibrer.

Tandis que Staples, s’engageait politiquement à l’époque pour la défense des droits civiques des Noirs Américains (avec Martin Luther King dans les années 1960), Don, lui, préférait mettre sa plume au service de pointures comme Solomon Burke, Al Green ou son épouse Ann Peebles… avant de reprendre le micro en 2016 !

Don est un homme entier sur scène. Touchante est sa manière de poser le micro pendant les envolées harmoniques de ses musiciens, The Bo-Keys, et ressentir la musique, corps et âme, poings et yeux fermés.

Chaque mot, chaque phrase, les chante-t-il avec passion et émotion, avec ou sans micro. Son sourire communicatif et son humble regard sur un public ébloui, font de lui un être attachant.

En résumé, ce fut une Nuit mémorable en compagnie de vénérables anciens de la Soul.

 

Crédits Photographies – Paul Bourdrel

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s