Osmojam – Le Meilleur De La Nu Soul Et Du Groove A La Française (Interview)

 

 

 

Le matin se lève, et sa voix s’élève dès votre réveil,

Tel un soleil dans un ciel sans l’ombre d’un nuage annonceur d’orage,

Elle colore votre journée, et c’est un beau sourire qui se dessine sur votre visage.

Muse, ses paroles stimulent l’imagination, prêtent à l’inspiration, et font les plus belles chansons,

Relatant des situations de la vie communes et conues de tous, agréablement mis en scène au gré de la composition instrumentale.

C’est un festival de saveurs Jazz & Soul, Hip Hop/R&B, c’est une jam session à elle toute seule,

Son nom est Osmojam.

Multi-insrumentaliste (violon, et piano entre autres), Osmojam est une compositrice interprète, basée à Paris.

Elle est connue pour ses multiples performances dans la scène Groove, sa participation à la chorale gospel We Are One, ses différentes collaborations, ses diverses covers sur Youtube, et surtout son LP intitulé ‘Echappée’, sorti en Janvier 2014.

Echappée est une belle collection de 14 titres alliant légerté et virtuosité dans les influences Jazz, Soul, Hip Hop, et quelques saveurs Gospel.

De plus les textes sont à la fois réalistes, car fidèlement descriptifs de la réalité du quotidien, et très optimistes.

Des titres tels que Comme Tu L’Attends’ ou ‘Avec Une Idée’ ou encore ‘Des Crayons de Couleurs’ saupoudrent la journée de bonheur, comme on pourrait saupoudrer du sucre brun dans un thé parfumé.

Outre sa fan base, elle a développé toute une communauté d’artistes Soul en France avec son propre média, le blog French Soul is Not Dead.

Un blog qui rend justice à la culture Nu Soul bien présente en France et qui persiste à s’étendre encore.

Pour la connaître encore mieux, Osmojam nos a fait l’honneur de nous accorder un peu de temps pour une interview.

Sa musique, son processus créatif, ses projets, sa vision de l’industrie musicale au travers de son blog… on en parle dans l’interview qui suit.

 

 INTERVIEW

1) Concevoir et produire un projet musical est toujours une aventure. Ainsi pour commencer, quel meilleur souvenir retiendras-tu de cette aventure ?

Deux ans après, j’avoue que je n’ai pas de moment particulier qui me revient en tête  bien que j’y aie consacré énormément d’énergie,

Mais je garde un bon souvenir du super travail en équipe qui a permis de faire émerger l’album.

2) Quelle était l’idée forte, la vision artistique derrière ce projet ?

C’était un peu un exercice de style autour de la nu soul et du r&b.

L’idée n’était pas forcément de créer un son nouveau,

Mais plutôt d’explorer ces deux courants  en essayant de trouver de jolies mélodies et des textes en français qui respectent le groove des morceaux.

3) De toutes tes compositions, laquelle restera ta plus grande satisfaction et pourquoi ?

Je n’en ai pas vraiment de préférée. Chacune correspond à un état d’esprit, à une certaine inspiration que j’ai développée comme je pouvais.

Peu importe l’accueil qu’ils ont reçu, chacun des titres de l’album est une grande satisfaction à l’écoute, car je mesure le chemin parcouru entre l’idée initiale et le résultat final.

4) Entre 2014 et 2016, comment as-tu évolué, en tant que compositrice, auteur, interprète ?

Depuis la sortie de l’album, je me suis un peu plus concentrée sur la pratique du piano  en faisant des covers piano-voix.

J’ai mis un peu de côté la composition,  et lancé le blog French Soul Is Not Dead pour mettre en lumière d’autres artistes de la scène soul française, avec comme angle d’approche leur processus créatif.

Je trouvais aussi intéressant d’interviewer des auditeurs ou des artistes d’un autre domaine que la musique, pour comprendre comment ils perçoivent la musique et la soul française en particulier.

Depuis peu j’ai repris l’écriture avec une approche différente, qui s’est sans doute enrichie de mes discussions avec tous ces artistes et de l’écoute de leurs projets :

Je me suis davantage tournée vers les sonorités électroniques et le mélange des genres, même si la base reste la soul.

5) Tu fais partie de ces artistes qui sont non seulement défendeurs de la langue et de la musique française, mais tu fais aussi partie de ceux qui réconcilient auteurs, chanteurs et autres poètes avec la poésie de la langue française. Pourquoi cette volonté de chanter principalement en français ?

Je trouve simplement normal de chanter dans ma langue maternelle, je ne me sens pas forcément plus à l’aise, mais ça renforce la « sincérité » de ma musique.

Je trouve aussi plus facile d’utiliser le français si je veux développer des sujets profonds ou complexes.

J’avoue tout de même que c’est beaucoup plus difficile de trouver le mot juste, qui colle à la dynamique du titre. Je trouve notamment que sur les morceaux type future r&b, le français peu donner un petit côté cheap.

Par contre j’ai un peu évolué sur la question depuis le premier album. Aujourd’hui si je pense qu’un titre  ne sonnera en français, je n’ai aucun complexe à écrire en anglais.

6) Poétique, et aussi groovy que la langue anglaise, comment challenges-tu la créativité de ton écriture ?

C’est marrant parce que j’ai une écriture qui n’est pas naturellement poétique, mais plutôt descriptive et parfois un peu compliquée.

J’écris généralement mes textes après avoir composé la musique et je dois repasser plusieurs fois pour simplifier au maximum.

Je pars des voyelles qui semblent coller aux fins de phrases et je cherche les mots qui conviennent, tout en respectant le sujet que j ai choisi.

Je n’ai pas de méthode particulière pour challenger ma créativité.

J’essaye juste de rester alerte, et de m’intéresser à toutes les formes artistiques (peinture, cinéma, littérature) pour stimuler l’inspiration.

7) Cette volonté va plus loin que tes textes en français, car tu mets aussi en lumière d’autres artistes francophones Soul/Nu-Soul, avec le blog dont tu es fondatrice : French Soul Is Not Dead. Cite nous un de tes coups de cœurs.

J’aime beaucoup Meemee Nelzy, chanteuse de soul créole guadeloupéenne. Je lui ai d’ailleurs consacré le tout premier article du blog.

J’adore son deuxième EP Kreyol Seasoning qui est vraiment brillant,

Elle a réussi une fusion bien équilibrée entre future soul et musique caribéenne

Et ses textes en créole sont super bien écrits.

8) Ce qui est intéressant avec ton média, c’est ton constat sur les courants Soul/RnB en France. Cela fait écho avec le constat en Scandinavie, où les gens pensent que le Metal est la dominante musicale, or, une très belle scène Soul (cf Scandinavian Soul), aussi belle qu’à Londres, y fleurit. Aujourd’hui quel est ton point de vue sur la scène Soul/Groove Française ? Penses-tu qu’elle a évolué, qu’elle est mieux appréciée dans les tendances ?

Je pense que la soul en général et la soul française en particulier n’a pas vraiment le vent en poupe.

En ce moment l’industrie de la musique semble a fond dans l’électro-dance et on entend partout des gimmicks et des voix pitchées comme sur les prod de Justin Bieber, avec des mélodies calibrées pour faire bouger les gens et être rechantées facilement.

La soul française a je pense connu un engouement au début des années 2000, avec des artistes de qualité (Rony, Freddy, Sandra Nkake, Ben l’Oncle Soul, Lisa Spada, Monsieur Nov, Hocus Pocus..).

Depuis, ça s’est un peu essoufflé, principalement à cause du manque d’écho dans les medias, mais surtout parce que c’est une musique qui souffre d’un double handicap:

Elle n’est toujours facile à apprécier quand on a pas été initié avant, et pour les artistes français il est difficile d’éviter l’écueil du copier-coller de la soul américaine. Du coup le public a du mal à accrocher.

Heureusement ça n’empêche pas les passionnés de persévérer !

9) J’ai découvert par hasard il y a 2 ans Tum’Soul avec le titre SOULITUDE (avec le emcee Tis et la chanteuse Leslie Philipps), et suis surpris de voir à quel point le monde est petit : sur ton LP, Echappée, apparaît un Tum’Soul Interlude. Comment la connexion s’est-elle faite entre vous ?

En fait la collaboration avec Rémi Pee (anciennement Tum’soul) va beaucoup plus loin que ca : c’est avec lui qui j’ai coréalisé l’album.

J’ai rencontré Rémi il y a 8 ans sur le forum Juslisen, dédié à la soul.

On a fait pas mal de concerts ensemble et puis un jour on s’est décidé a faire de la musique.

De mémoire Echappée est l’un des premiers projets surlesquels il est coréalisateur. Depuis il a fait un sacré bout de chemin et collaboré avec pas mal d’artistes, qui se connaissent tous plus ou moins, effectivement

 10) La cover de Dragon Ball Z fut l’une des plus surprenantes. Penses-tu refaire une nouvelle cover d’animé tout aussi originale et qui rappelle autant l’enfance (ex : Pokémon, Digimon) ?

Disons que toutes ces covers de dessin animés (les Entrechats, Dragon Ball Z, Nicky Larson..) étaient plutôt un délire d’été 🙂

Je ne pense pas en refaire dans l’immédiat…

11) Enfin, quel projet musical prépares-tu en ce moment ?

En ce moment je travaille sur un EP que j’espère sortir en fin d’année ou début d’année prochaine.

Je le réalise en collaboration avec le beatmaker Akuji. Le style sera plus hybride que sur le premier album: j’utilise beaucoup de sons électroniques et je m’aventure un peu du coté des musiques caribéennes, avec une base de hip hop.

 

Merci pour cet échange Osmojam !

En attendant avec impatience ton nouveau projet !

Advertisements

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Tremplin Soul’R Sessions – Mettre La Scène Neo Soul Française En Lumière – Sounds So Beautiful
  2. Nouvelle Perception De La Soul En France (SoulR Session/Interview) – Sounds So Beautiful

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: