Wailing Trees – Continue de Réinventer Le Reggae Avec « Insert Sun »

Il y a de temps à autres des histoires
Qui semblent incroyables lorsqu’on les narre
De véritables fables ineffables (Riwan Hadjara – Wailing Trees)

Le mois dernier, Wailing Trees célébrait la sortie de leur 3e album, intitulé Insert Sun, au Ninkasi Kafé, avant l’interruption de leur tournée, faute de confinement due au COVID-19.

Fervent, le groupe s’apprête à conter une nouvelle histoire, et dans la joie faire vent de ses nouveaux exploits, avec cet album et cette tournée reportée.

Insert Sun compile une riche sélection de 11 titres que Riwan Hadjara signe d’une écriture sublimée de sincérité, avec une plume de génie. Il se retrouve en écrivant Nos Jours Égarés, qui inaugure l’album, et fait briller La Couleur de [Ses] Sentiments avec émotion.

Ce morceau en français, nous tient particulièrement à cœur car il retrace l’histoire du groupe depuis ses débuts et tous ces kilomètres parcourus à la rencontre de notre public.

Nous avons voulu à travers cette chanson vous témoigner de cette passion que l’on porte à la scène et à notre public.

Le plaisir dans l’écriture de ce morceau tient notamment du changement de perspective de l’auteur ; ce n’est plus Wailing Trees qui émule le public, c’est le public qui fabule le groupe sur scène.

Ces sensations sont folles,
Une inversion d’épaule
Nous prenons notre envole,
Nous devenons les spectateurs
A votre avis pourquoi on applaudis à chaque fois
On s’est compris encore un soir où vous nous laissez sans voix

Insert Sun, c’est une philosophie : « we are all the same under the sun ». L’album véhicule un message passionné de joie, de fraternité et d’humilité.

En poussant l’interprétation, cette ligne « we are all the same under the sun » peut aussi s’appliquer à la diversité des influences musicales qui façonnent la musique des Wailing Trees.  Si le reggae nous vient du soleil de Jamaïque, depuis plus de 40 ans, ce genre vit et s’enrichit d’une multitude de sonorités ; le hip-hop et le jazz en font partie. Et, le groupe combine et explores toutes ces textures sonores de manière cohérente et homogène.

Même en live, les musiciens orchestrent de surprenantes mises en place, font glisser des transitions rock, voire même hardcore, dans le plus grand des calmes.

Par ailleurs, le placement rythmique au fond du temps sur une progression hip-hop/neo-soul sur Love Is Everywhere,fait très plaisir aux oreilles. Un tel placement ajoute de l’espace et bénit la track d’un pur moment de fraîcheur. Doux comme le pelage d’un chaton :

Kaitaia clôture l’album, avec un zeste d’humour. Il s’agit en effet d’un hommage à la ville en Nouvelle Zélande, sur un air léger et nonchalant soufflé par les cuivres,  qui rappelle le sentiments de fête de la Nouvelle Orléans.

Lors de cette clôture d’album, les Wailing Trees laissent sous-entendre leur travail acharné pour réinventer une musique qui a explosé il y a 40 ans, et la moderniser.

En plus de 250 dates, 6 ans d’expérience et 9 pays parcourus, Wailing Trees distille avec élégance un reggae teinté de soul, de jazz, de rock et de musiques du monde. Le groupe électrise les foules de gros festivals européens tel que Sziget (Hgr), Rototom (esp), SummerJam (all) et Reggae Sun Ska (Fr) pour ne citer qu’eux mais aussi nord américain comme le Festival International des Nuits d’Afriques (FINA) à Montréal, Journée d’Afrique à Québec ou encore Rythmes d’Afrique à Sherbrooke.

Après le succès de leur 1er EP sorti en 2012, suivit de leur 1° album « The World go round » sorti en 2015 puis enfin «Change We Need» sorti en 2017, Wailing Trees s’installe progressivement dans le paysage des groupes à surveiller de près à l’échelon national voir internationnal…

Le 3ème album « Insert Sun » se place sous le signe de l’album de la maturité. En ligne de mire : un savant équilibre entre l’originalité, la folie et les harmonies éla- borées des cuivres et des choeurs du 1er album avec le « gros son » du 2ème album. Le 2ème album avait mit l’accent sur le côté efficace des productions. L’épuration des morceaux enchainés « style par style » laissera place à des morceaux plus hybride où la musique reprendra tout ses droits sur disque comme sur scène…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :