CHROMATIK – “Brighter”, Ou Raviver Les Couleurs Du Rap/Jazz

Tales from the Mist,
Told with an odd taste
Torn apart and out of luck
Colors covered with dust
In any events, after rain and pain
Eventually comes the rainbow
Blessings shining straigth out of a divine sign
Delights from Lighter Days
Colors Brighter
Everything has got to be Better.

Découverts pour la première fois en 2016 lors du festival Un Doua de Jazz, le groupe Chromatik révèle enfin leur troisième EP, “Brighter“, lequel fait suite au deuxième projet jazz intitulé “Colors“.

Sorti le 24 Mai 2019, “Brighter” met en valeur l’arrivée et la complicité des MC Hi Levelz et Sika Deva, tous deux forts de leurs carrières personnelles respectives.

L’EP ravive également l’expérience live qu’a pu vivre le public du groupe. Les improvisations jazz, les interventions rap justement mesurées, l’humour des deux rappeurs, les introductions sous air gospel (Lighter Days).

La beauté de l’oeuvre réside dans l’évolution du son de groupe. L’écriture et les arrangements sont plus précis, plus suggestifs ; l’interprétation y est plus affinée, jusqu’au storytelling chiadé.

Après deux EPs réussis et plus de 80 concerts à travers la France, le groupe Chromatik a repris le chemin du studio et sera de retour à la prochaine édition de Un Doua de Jazz ce 10 Octobre 2019 à Lyon.

Premier extrait de l’EP “Brighter”, le single “Lighter Days” propose une entrée directe dans l’univers jazz hip-hop de Chromatik.

Ce morceau très intense offre aux auditeurs un bon aperçu de ce que sera l’EP : la rencontre réussie entre de très bons musiciens aux influences jazz, funk ou même rock et deux rappeurs aux qualités vocales bien différentes. “Lighter Days” (des jours plus clairs) a été intégralement écrit par le rappeur Sika Deva dans la ligne 7 du métro parisien.

L’élément déclencheur a été la montée d’un sans-abri d’une trentaine d’années dans son wagon. Il a commencé a répéter inlassablement “Mesdames et messieurs, mesdames et messieurs, s’il vous plait” qui a donné à l’auteur son accroche “Ladies and Gentlemen, please show some gentleness”.

L’homme racontait son histoire avec nonchalance : comment il a perdu sa bien-aimée, comment il a rompu tout contact avec sa famille au fil du temps. Et il répétait sans cesse “excusez-moi de vous déranger”.

Interloqué par ce personnage abimé par la vie et résigné à son sort, Sika Deva s’est imprégné de son histoire, qu’il a inconsciemment mêlée à la sienne. En effet, face à cette misère, il a pris du recul sur sa situation, donnant lieu à une réelle introspection.

Au début du morceau, le personnage est seul. Il a perdu ses repères et contemple tout cela de manière passive.

À force de travail sur lui-même tout au long du morceau, le personnage “se libère”. Avec arrogance, il envoie valser les préjugés et rejette l’état de misère dans lequel il se trouve : “Suffocate on your bullshit while I smoke some dro — Defecate on my new shit and a couple heads will roll — You can criticize, visualize my downfall with a stall — But I counter it with the counterfeits of an engine power on roll”.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s